21/01/2015

60's forever...

Le Swinging London, l’hystérie créée par les concerts des Beatles, les robes Mondrian d’Yves Saint-Laurent, les mélodies enfantines de Sylvie Vartan, Françoise Hardy et consoeurs, les slogans de mai 68 ou encore le festival de Woodstock en 1969… Bien sûr que oui, les sixties font encore rêver !  Car, même si la plupart d’entre nous ne les ont pas connues, les années 60 évoquent la liberté et la joie de vivre, une période d’effervescence créative et une décennie mode par excellence !

00980816e5a6b462710d5e08c94f940f.jpg c8c6d0f5c36ff0782323a11482a96a68.jpg

8add08f632aea342dd870cca59659473.jpg

102c281d6f892631fab38d23deec5a21.jpg c9ee94313913097609246db936f9f16b.jpg

Une joie de vivre sans doute largement due à une économie d’après-guerre encore en plein boom et qui contraste bien évidemment assez fortement avec celle que l’on connaît aujourd’hui.

Joie de vivre qui a inspiré les trois (très) jeunes créateurs de la toute nouvelle marque « Jour/né » dont la première collection se veut très sixties justement dans ce qu’elles ont de plus optimiste. Certainement dans le but de renouer avec le plaisir de s’habiller pour aider à se projeter dans un avenir plus rose et plus positif, leur ligne au nom très évocateur « Le lundi au soleil » donne en tout cas la pêche (et n’est-ce finalement pas la plus efficace des thérapies contre la morosité ambiante ?).

c8280c4e185bd8b3aecedeca5bd9694e.jpg

ca3e2e5831c6c9e7b70b03bfe4ca65c6.jpg

Après le triomphe de la haute couture, les sixties voient pour la première fois la rue influencer la mode. Les subcultures et divers courants musicaux font naître des tendances : les mods à Londres, les premiers hippies à San Francisco, les yéyé, à Paris... Pour chacun de ces mouvements, s’instaurent des codes bien particuliers qui donnent à ses adeptes un sentiment d’appartenance, de reconnaissance.

Bien forcés de suivre, les créateurs privilégient donc désormais le prêt-à-porter, moins coûteux et immédiatement consommable surtout. Les années 60 marquent ainsi le début de la mode telle que nous la connaissons aujourd’hui...

Pour la première fois aussi, s’habiller devient synonyme de libre-expression. Pour les femmes surtout qui s’affranchissent enfin des codes établis.

Ainsi, à Londres, en 1962, la créatrice Mary Quant démocratise la minijupe (immédiatement adoptée par la mannequin androgyne star de l’époque, Twiggy). Montrer ses jambes au-dessus du genou n’est désormais plus tabou, c’est même une nouvelle forme de chic (n’en déplaise à Coco Chanel et Christian Dior, qui s’y opposent pourtant fermement).

96e548e1c2b23b7988ea8dde3812d254.jpg c20a44f00078aa5cffcd5d20490112f6.jpg

Mais c’est cependant André Courrèges qui, en 1965, fait porter la minijupe aux Parisiennes en lui donnant une forme trapèze, plus couture et assez futuriste.

Les escarpins bourgeois laissent aussi la place aux souliers plats qui permettent de courir toute la journée et de danser toute la nuit (hello babies, ballerines Repetto ou encore bottes vernies chéries !).

f54377afbb74226ae46d93d727b6c70a.jpg 88619afebe6a2ca0f93672abb7835d54.jpg

On mixe comme jamais les couleurs vives, les motifs géométriques et on ose le make-up très marqué et la coupe garçonne.

db70af48133b4498e554cd8f6c205742.jpg

Mods, rockers, yéyé, hippies... Les sixties comptent finalement autant de tendances que de courants musicaux. Des styles bien marqués aux codes immédiatement reconnaissables, aussi simples à identifier qu’à adopter... aujourd’hui encore !

La meilleure réinterprétation des années 60 se trouvait ainsi cet hiver p.ex.sur le podium Saint Laurent, où Hedi Slimane a fait défiler des petites rockeuses au teint pâle et à l’œil charbonneux. Pièce phare de de la saison, la minirobe babydoll qui se porte avec des boots, des babies scintillantes ou encore des bottes vernies. Par dessus, une jolie cape nouée ou un sympa manteau de fourrure claire.

92248342713a04881ba08d0212b1fee8.jpg 9ca2cd72d9e9e41d7e33175f404285ce.jpg 27248724bb1a5ac72211632964de86a5.jpg

Les nostalgiques des yéyé s’inspireront eux plutôt de la collection Miu Miu, en alliant pulls jacquard aux couleurs tendres, petits manteaux matelassés et bottes de pluie transparentes. Une panoplie résolument féminine, avec une jolie touche sporty.  L'été reste dans des mélanges osés de couleurs et impressions.

c84ac9e4e2fa6569656a954fbb733b71.jpg 40dfaca48eaaaae359be8a402aaf4070.jpg

Et pour sortir ? La (fausse) sagesse d’une robe courte Valentino à col bijou, façon jeune-fille comme il faut, associée à de grandes bottes vernies rouges, blanches ou noires et un mini-sac rond ou frangé sera parfaite !

257766e46506df1ebf10486845125922.jpg ebcfa7e0bfc840be8d488df843c89d49.jpg 734fda7a1b23d7b76031e64ba13cbc76.jpg

Pour l’été prochain, piochez dans la collection de la marque « Jour/né » qui actualise les basiques de l’époque, comme la mini jupe ou le blouson court, grâce à des matières faciles à porter et des détails très smart. Alliées comme on aime à une paire de baskets blanches, les tenues Jour/né vous donneront une allure de tenniswoman preppy.

fe38fb01783e3703888566a58aba299d.jpg

ee83158cd53f910090d134cd627961c2.jpg

XoXo 

(source photos : Pinterest)

Commentaires

Les sixties n'ont pas fini d'inspirer les créateurs et les modeuses!

Écrit par : Joanna | 21/01/2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.