08/01/2014

Cher Yves...

Yves Saint Laurent a toujours dit n'avoir qu'un seul regret, ne pas avoir inventé le jean !

Caprice d'enfant gâté ?  Le tableau de chasse du "petit prince" de la mode est en effet impressionnant…

Six ans après sa mort, alors que le cinéma se penche sur son histoire, les inventions géniales du jeune homme d'Oran qui est "monté à la capitale" pour faire carrière dans la mode font partie de notre quotidien à toutes… ou presque.

La preuve par cinq…


Le smoking féminin

 

smoking.jpg

Avant 1960, pour le soir, les hommes n'avaient pas le choix, c'était queue de pie obligatoire ! Puis le smoking est apparu...  Plus léger, plus pratique, La "smoking jacket" est tout d'abord cantonnée aux salles de jeu et aux fumoirs et ce n’est qu’après la seconde guerre mondiale qu’il remplacera progressivement l'"habit".

En 1930, c'est Marlène Dietrich qui revêt la première un costume d'hommes, elle bouscule ainsi les codes en  vigueur dans le film Cœurs brûlés.  La tenue fait scandale !

Dès 1962, Yves Saint Laurent arrive cependant à la faire accepter et dessine son premier smoking pour Catherine Deneuve.  Après avoir lancé sa propre marque, le smoking deviendra d’ailleurs l'une de ses pièces phares.  En 2006, une exposition est même entièrement dédiée à cette unique pièce : "Smoking Forever".


Le trench-coat et le caban

 

trench.jpg

Manteau des matelots, le caban est très ancien !

Son nom, dérivé d'un vieux mot arabe (qaba : tunique), est attesté dès le XVe siècle. Composé de deux boutonnières (à babord ou à tribord), le caban est un manteau court mais chaud, le plus souvent bleu marine.

Le trench-coat est plus récent. Il habillait les soldats anglais et français de la première Guerre Mondiale. Littéralement, ce "manteau des tranchées" imperméable et long est imaginé par un certain par Thomas Burberry en 1914.  La guerre des tranchées finie, le trench se raccourcit. Le cinéma hollywoodien achève de le populariser, à l'écran, il est l'accessoire favori des détectives comme Humphrey Bogart…

En 1962, Yves Saint Laurent s'approprie ces deux pièces.  Viriles, elles s'associent parfaitement au vestiaire qu'il commence à créer.  Et si Burberry a créé le trench-coat, c'est Yves Saint Laurent qui le met sur les épaules des femmes !!!

 

La saharienne

 

saharienne.jpg

La saharienne est une veste en toile de coton ou de lin, ceinturée, à quatre poches (deux à soufflet, deux plaquées).

À l'origine, il s'agit également d'un vêtement militaire utilisé par l'armée anglaise en Inde au début du XIXe siècle.  Elle s'inspire en fait d'une chemise de pyjama.

Pour la couleur, les militaires l'imaginent kaki (khaki en Hindi signifiant poussiéreux, de la couleur de la terre), beige ou sable, trois couleurs parfaites pour passer inaperçu !

C'est Ernest Hemingway qui la popularise lors de son safari en Afrique de l'Est, en 1933. On l'appelle alors la veste safari.  Mais c’est le cinéma qui lui donnera ses lettres de noblesse.  Dans les années 50 et 60, Clarke Gable et Charlton Heston, entre autres, la sortent définitivement du vestiaire militaire.  Elle devient la saharienne, la veste de Peter o'Toole dans Lawrence d'Arabie

En 1966, Yves Saint Laurent va plus loin et fait de cette veste masculine un vêtement féminin. Trois ans durant, Yves Saint Laurent présentera une saharienne dans ses collections.  En 1968, elle lui inspirera même une collection toute entière, "Afrique".

Un an plus tard, à l'ouverture de sa boutique, il pose avec Betty Catroux et Loulou de la Falaise en saharienne… tout est dit !

 

Le topless

 

topless.jpg

"Couvrez ce sein que je ne saurais voir" disait Tartuffe dans la pièce de Molière.

Jamais avant Yves Saint Laurent la poitrine ne s'était s'affichée aux yeux du monde. !  Décolletés, oui, topless, non !

En 1968, la colère gronde en France.  La société change à coup de pavés et Yves Saint Laurent imagine alors la robe la plus libre qui soit...  Elle montre le corps des femmes sans plus le contraindre.

La création fait bien évidemment scandale à tel point que les magazines américains de l’époque refusent de publier les photos.  

Le couturier n'aura pourtant de cesse de jouer avec ses mousselines transparentes pour magnifier la taille et la poitrine de ses modèles… pour notre plus grand plaisir !

 

La Robe Mondrian

 

mondrian.jpg

En 1965, Yves Saint Laurent nomme une de ces robes en l'honneur de l'artiste hollandais Piet Mondrian : droite, silhouette légèrement évasée, cette robe toute simple est devenue le symbole des années 1960 et reste encore très présente aujourd’hui !

En outre, cette robe bordée de rectangles colorés jaunes, blancs, rouges et bleus prouve que les créateurs puisent aussi leur inspiration dans l'art... 

 

XoXo 

(source : Le Huffington Post)

Commentaires

J'adore YSL, j'avais aussi fait un article sur ses pièces phares ;) par contre le film est sorti aujourd'hui pour notre plus grand bonheur :) Bises

Écrit par : Carlota | 08/01/2014

Répondre à ce commentaire

Très joli article :) J'espère aller voir le film bientot !

Bisous :)

Écrit par : kharah | 08/01/2014

Répondre à ce commentaire

Les escarpins qu'elles portent sont vraiment superbe

Écrit par : ici | 12/03/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.